Sommaire

Couper une branche

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

La coupe d'une branche se réalise sur des arbres d'ornement comme sur des arbres fruitiers ou forestiers. Ce n'est pas un acte anodin aussi bien pour l'arbre que pour l'élagueur lorsqu'il s'agit de couper de grosses branches.

La première précaution est de se munir d'un matériel bien aiguisé et propre (désinfecté à la javel ou l'alcool au besoin) afin d'effectuer des coupes nettes et de ne pas transmettre de maladies. Il importe aussi de prendre les mesures de sécurité nécessaires pour ne pas blesser quelqu'un ou endommager le mobilier.

Cette fiche détaille les deux niveaux les plus indiqués pour couper une branche – à son point d'insertion ou au niveau d'une ramification – ainsi que la manière de procéder pour obtenir une bonne cicatrisation de la coupe.

Prenez les mesures de sécurité nécessaires

Lors d'une opération d'élagage, il convient de dégager l'espace autour de l'arbre (mobilier de jardin, véhicules...), voire de fermer la zone avec des barrières selon l'ampleur des travaux et la situation.

L'élagueur et la personne au sol doivent porter un casque pour éviter de se blesser à la tête. La tenue de l'élagueur dépend du matériel employé (tronçonneuse, scie, sécateur) et des moyens mis en œuvre pour accéder aux branches (escabeau, nacelle ou technique de grimpe).

La coupe d'une grosse branche se fait en plusieurs tronçons et nécessite parfois d'attacher la branche avec une corde pour diriger sa chute.

Lire l'article Ooreka

Zoom sur la coupe d'une branche

Pourquoi couper une branche ?

La formation d'un jeune arbre est souvent une étape décisive pour lui donner la silhouette et le gabarit que l'on souhaite. 

Lire l'article Ooreka

La santé de l'arbre (présence de chancre, de zones déchirées, de branches en surnombre, de gourmands ou rejets) et la sécurité des usagers est un autre facteur important.

La taille est enfin une manière de conduire l'arbre à notre convenance pour des raisons esthétiques, pour favoriser la production de fruits ou pour obtenir des bois sans nœuds dans le cas d'une conduite forestière par exemple.

Choix des outils

L'élagueur doit porter une tenue adaptée aux outils de coupe employés. Les outils à prévoir varient en fonction de la taille de la branche :

  • Un sécateur, un sécateur de force ou un échenilloir suffisent pour couper des branches de faible diamètre.
  • La tronçonneuse ou la scie à élaguer pour des branches plus grosses.
Lire l'article Ooreka

Période

La période de taille est importante à considérer afin que les blessures infligées à l'arbre soient rapidement cicatrisées et que la taille n'affaiblissent pas trop l'arbre.

La taille peut s'effectuer à tout moment de l'année excepté lors des périodes de :

  • montée de sève au printemps qui s'étend du débourrement jusqu'à la mise en place des premières feuilles adultes ;
  • et de descente de sève, soit de fin août jusqu'à la chute des feuilles vers novembre.

Technique

Le diamètre des branches coupé doit être le plus faible possible (3 à 5 cm) mais il arrive que l'on soit contraint de couper des branches de 10 cm et plus. Ce cas est bien sûr à éviter et oblige à prendre certaines précautions comme la taille de la branche en 3 étapes.

L'angle de coupe doit respecter certaines règles selon qu'il s'agit d'une vraie branche, d'un gourmand ou rejet.

Le volume de bois enlevé sur un arbre ne doit par dépasser 1/3 du volume du houppier.

1. Scier une branche à son point d'insertion

Les branches éliminées entièrement sont coupées à leur point d'insertion c'est-à-dire au départ de l'axe sur le tronc ou sur une branche plus ancienne. Elles doivent être coupées en suivant un angle de coupe précis permettant au col et à la ride de la branche de former le bourrelet cicatriciel.

Le col se repère au renflement sous la branche (parfois peu marqué), qui se prolonge par une sorte de fissure appelée ride vers la partie supérieure : coupez juste à cette limite afin de ne pas laisser de chicot et ne pas blesser les tissus du tronc ou de la branche porteuse.

Cas 1 : coupez une branche de 1 à 5 cm de diamètre

Au sécateur : positionnez la lame coupante du sécateur du côté de la partie à conserver pour éviter que la contre-lame ne mâche le bois. Coupez avec la base des lames afin de développer plus de puissance.Avec la scie ou la tronçonneuse : avant de couper, positionnez la lame suivant l'angle de coupe, de manière adaptée, par en dessous ou sur le côté de la branche, pour ne pas blesser le tronc. La coupe doit s'exécuter d'un trait, en suivant un seul plan.Quelques nuances sont cependant à apporter par rapport à l'angle de coupe car certaines essences ont un col :

  • très développé : peuplier tremble, eucalyptus… (cas 1 du schéma ci-dessous) ;
  • peu développé : érable plane… (cas 2 du schéma) ;
  • absent mais avec une ride faisant le tour de la branche : hêtre, pin parasol, bouleau, cèdre… (cas 3 du schéma) ;
  • absent lorsque la branche se courbe et qu'un bourgeon latéral reprend le prolongement de la branche : micocoulier, févier d'Amérique, albizia, zelkova, arbre de Judée, robinier, orme… (cas 4 du schéma).
Lire l'article Ooreka

Cas 2 : coupez une grosse branche en 3 étapes

Le poids d'une branche de gros calibre peut entraîner le déchirement de l'écorce du tronc avant de terminer la coupe. La base de la méthode pour couper une branche consiste à raccourcir d'abord la branche à couper afin de limiter le poids sur l'endroit où l'on souhaite effectuer la taille.

Sur la zone de taille, donnez un trait de scie par en dessous avant de couper ensuite par le dessus :

  • La première entaille sur le dessous, à environ 15 cm du point d'insertion, libère l'énergie de compression. Elle évite que la branche entraîne dans sa chute un lambeau d'écorce du tronc qui rendrait la cicatrisation difficile.
  • La deuxième entaille libère la tension des fibres de bois et permet à la branche de casser dans le fil du bois sans pivoter.
  • Le chicot ainsi formé est ensuite coupé proprement en biais en préservant le col comme indiqué dans le cas 1.

2. Couper une branche en laissant un tire-sève

Lorsque vous désirez simplement raccourcir un branchage afin d’éclaircir le houppier ou supprimer des rameaux mal placés, le trait de coupe ne se situe pas forcément à l’insertion de la branche, le col est donc absent. La solution consiste alors à supprimer le prolongement de cette branche juste au-dessus d’une ramification appelée tire-sève :

  • Le tire-sève doit posséder un calibre au moins égal au tiers de la branche supprimée.
  • En attirant la sève vers la coupe, le rameau aura la possibilité de cicatriser rapidement et la coupe passera inaperçue.
  • Taillez toujours en biais de façon à faciliter l’écoulement de l’eau. La coupe suit l'angle que fait le tire-sève avec le rameau élagué. On obtient ainsi une coupe en saillie au lieu d'une coupe au ras du tronc ou de la branche porteuse. Si la branche élaguée pèse lourd, réalisez d'abord un trait de scie sous la branche afin d'éviter le déchirement de l'écorce.

Cette méthode évite la formation d'un chicot, bout de branche amené à sécher, qui gène la cicatrisation de la plaie.

Sur des espèces sensibles à des maladies graves (fruitiers, platane…), pensez à protéger les plaies avec du mastic à cicatriser juste après la coupe.

Consulter la fiche pratique Ooreka

3. Couper les gourmands et rejets

Les gourmands sont des rameaux qui poussent spontanément sur les arbres et qui n'ont pas un ancrage profond du moins lorsqu'ils sont jeunes. Ils affectent rarement la qualité du tronc lorsqu'ils apparaissent peu d'année avant la coupe d'un arbre forestier.

Les rejets paraissent au niveau d'une coupe importante tandis que les gourmands poussent partout ailleurs mais leur morphologie est identique. Leur base possède un empattement limité par deux rides d'écorce.

La taille des gourmands, notamment contre le tronc des résineux, doit se faire au ras du tronc. Il faut aussi prendre garde de ne pas blesser l'écorce du tronc.

Pour cela, on utilise de préférence un sécateur de force :

  • Dans le cas du gourmand, préservez la ride du tronc ou de la branche porteuse en effectuant une taille  parallèle à l'axe du tronc ou de la branche, à environ 5 mm de leur écorce.
  • Dans le cas du rejet, préservez le bourrelet cicatriciel en cours de formation en effectuant une coupe au plus près de ce dernier sans le blesser.

Matériel nécessaire pour couper une branche

Imprimer
Échenilloir avec scie et manche télescopique

Échenilloir avec scie et manche télescopique

À partir de 22 € environ

Scie à élaguer

Scie à élaguer

À partir de 20 € pour un outil de qualité

Sécateur

Sécateur

À partir de 4 €

Tronçonneuse

Tronçonneuse

À partir de 70 € (disponible en location à partir de 15 €/jour)

Élagage

Élagage : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles sur la taille et la coupe
  • Des conseils sur l'équipement et la réglementation
Télécharger mon guide

Aussi dans la rubrique :

Bases de la taille

Sommaire

Réglementation et lois sur la taille

Hauteur d'un arbre Réglementation élagage

Matériel spécifique aux travaux d'élagage

Élagage matériel

Risques et sécurité des travaux d'élagage

Anti coupures Sécurité élagage Risques de l’élagage

Coût des travaux d'élagage

Prix élagage

A qui faire appel pour élaguer ?

Bûcheron Entreprise élagage